Retour Accueil
  • 01.JPG
  • 01.jpg
  • 02.JPG
  • 03.JPG
  • 04.JPG
  • 05.JPG
  • 06.JPG
  • 07.JPG
  • 08.JPG
  • 09.JPG
  • 10.JPG
  • feu-4.jpg
  • Groupe_folklore_TEST.jpeg
  • Mairie.jpg
  • sapin-1-mairie.jpg

Octobre 2017
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

histo01Situé à une dizaine de kilomètres au nord de Poitiers sur le Plateau du Neuvillois, se trouve un village plus que millénaire : AVANTON. Appelé dans ces temps là « AD VENTUM » « Au vent », le vent n’a pas cessé depuis. Des noms mémorables de nos champs « Champs SARRAZINS » « Champs de la BATAILLE » indiquent le passage des arabes en 732 dans notre plaine avant la bataille décisive à MOUSSAIS.

Ne passons pas sous silence la découverte archéologique dans un champ d’Avanton en 1844 par M. BARDOUX d’un objet en or fin ayant la forme d’un cône, orné de décorations en relief, pesant 285 grammes et mesurant 55cm de long. Ce cône d’or daterait de l’âge de Bronze moyen (1500-1300 av J.C.) et serait un objet du culte de la fertilité. Il est exposé aujourd’hui au musée des Antiquités Nationales à Saint Germain en Laye (78).

La commune d’Avanton s’étend sur 1100Ha, mais les vignes et les nombreuses haies d’autrefois ont disparu pour laisser la place aux céréales. Avanton avec moins de 588 habitants en 1846 en compte aujourd’hui 1769. Mais Avanton se distingue surtout par son château du XVIème siècle entièrement restauré aujourd’hui.

 

histo09

histo02

 

histo03Bâti sur l’immense cave du premier niveau, qui constitue probablement la salle de chapitre d’une commanderie de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, le corps central du château est édifié au milieu du XVIème siècle par François Aubert, qui prononce l’aveu du seigneur d’Avanton en 1541. Conseiller du roi à Poitiers, conseiller du Parlement de Paris, 1er président de la Sénéchaussée en 1551 à Poitiers, puis maire de Poitiers de 1564 à 1566, c’est lui qui fait bâtir le bâtiment central, ainsi que la fuie (pigeonnier de 1844 boulins). Le corps de logis principal est surtout remarquable par son pavillon central qui contient l’escalier rampe sur rampe et est agrémenté de deux tourelles en encorbellement. Les façades offrent une ordonnance symétrique, éclairées d’origine par des fenêtres à meneaux. La porte d’entrée monumentale, décalée du fait de l’escalier est très large, suivant les modèles utilisés sous la première Renaissance, porte la couleur rouge « cochenille évasée ».

 

histo04L’encadrement, inspiré de l’ordre ionique, est sobre : malgré les deux chapiteaux avec des feuilles de gorgerin schématiques, l’ensemble sobre montre la liberté architecturale caractéristique de la Renaissance. Le sommet de la tour est occupé par une chambre haute, à laquelle on accède par un escalier à vis situé dans la tourelle nord. Les deux façades, côté cour et côté jardin, observent le même ordonnancement de fenêtres. La façade côté jardin a conservé une lucarne à meneaux de style corinthien, dont le fronton est amorti par trois pots à feu. Le pignon sud présente encore deux fenêtres à meneaux d’origine. Côté jardin, un escalier d’inspiration florentine à deux volées droites convergentes dessert l’entrée. Son décor, qui se démarque de celui du corps de logis, est pourtant de la même époque : sous les volées sont percées des portes et des baies servant à éclairer les soupiraux de la cage d’escalier qui descend vers les deux niveaux de caves voûtées.

 

Au siècle suivant, en 1637, Claude Duflos, financier poitevin fortuné, acquiert le château par un échange et l’agrandit pour lui donner son apparence actuelle : il charge Bertrand Jardel, architecte du roi en Poitou, de construire deux pavillons en équerre ainsi que les corps de ferme en prolongement. Communiquant avec le corps de logis principal, les deux pavillons, moins hauts, ont été ajoutés de manière symétrique, répondant à un ordonnancement plus classique. Le décor des façades est concentré sur les portes d’entrée et sur les linteaux du premier étage. Placées sur l’extrémité des façades proches du corps principal, les portes d’entrée, d’inspiration dorique, sont encadrées de deux pilastres plats. L’entablement dorique prend des libertés avec l’ordre classique, puisqu’il n’y a pas de corniche. Un fronton surbaissé coiffe la frise composée de triglyphes et de métopes sans décor. Le tout est amorti d’une table, accostée de deux ailerons en faible relief. Au-dessus de la table, un pot à feu flamboyant, posé sur une corniche à doubles ressauts, est orné d’une chute de fleurs. Les linteaux de fenêtres sont décorés de têtes d’anges, aux visages poupins et à la chevelure tombante. Des guirlandes de fruits, dont des grenades, partent de leur chevelure. A l’intérieur du bâtiment, comme dans le corps de logis, il n’y a pas de pièces habitables au rez-de-chaussée. Les sous-sols abritent des cuisines voûtées en pierre taillée avec des chem
inées à hotte et un four à pain dans le pavillon sud.

histo05Le château entre par alliance dans la famille Fay-Peyraud de la Chèze qui en reste propriétaire jusqu’après la Révolution française. Au XVIIIème siècle, aucune construction nouvelle, mais des aménagements sont opérés. Sur les deux façades du corps de logis central, les fenêtres des pièces principales ont été privées de leurs meneaux, réemployés pour rallonger les fenêtres, et apporter une allure plus élégante et plus claire. A l’intérieur, sont ajoutées des cheminées d’époque Louis XVI dans les ailes et dans les pavillons en retour ; les manteaux de pierre, sculptés de guirlandes de fleurs, sont surmontés de trumeaux en bois peint, sobres pour la plupart, seul celui de la chambre du pavillon nord est sculpté de guirlandes de fleurs et de carquois, selon la thématique de l’époque. A la mort de Louis XVI, ces cheminées sont peintes en noir en signe de deuil. 

histo06En 1802, le château est acheté par la mère de Jean-Baptiste de Faulconnier, qui deviendra maire d’Avanton. Le mariage de sa fille, vers 1815, avec M. Veillechèze de la Mardière, donne l’occasion d’une nouvelle décoration, celle de la grande pièce de l’aile sud. Le pavage alterne de grands carreaux (73 cm) blancs et noirs ; aux carreaux noirs en ardoise sont associées des dalles claires provenant de la corniche du château de Bonnivet : ces panneaux présentent d’un côté des sculptures en relief : lettres entrelacées, armoiries, ancres ; la face sculptée a été posée contre la terre, la partie plate constituant le dallage. Dans cette même pièce, les murs sont entièrement décorés de papiers peints : sur des panneaux de papier bleu clair de 50 x 40 cm ont été peints un paysage et des scènes champêtres qui font tout le tour de la pièce. Au-dessus des portes, des médaillons ont été rajoutés.


Le château connaîtra deux dommages : un premier en 1869 : l’aile nord s’écroule, une reconstruction a lieu, mais à l’économie, le toit est moins haut, les fenêtres ne sont pas symétriques. En 1922, la même aile est de nouveau détruite par un feu de cheminée. A cette même époque, le domaine est partagé : les dépendances sont vendues, le château est découpé entre plusieurs acheteurs. Le château est inscrit en 1927 à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments historiques.


histo08Le château entre dans une longue période de veille, occupé seulement l’été par Madame DE BENOIST jusqu’à son décès en 1965 puis en attente de travaux juste initiés par Monsieur LOLMEDE. Racheté fin 2000 par André et Viviane YOUX, il a depuis 2001 peu à peu retrouvé son allure d’antan et il reprend vie en accueillant des spectacles et expositions, des réunions et soirées ainsi que des touristes qui font une halte pour visiter la région.



A l’entrée du château se trouve l’église SAINT LAURENT qui daterait du XIVème siècle. La nef mesure 19 mètres de long et 6 mètres de large. Le maître-autel date du XIXème siècle, deux autres petits autels dédiés l’un à la Vierge, l’autre à SAINT JOSEPH datent de l’époque de la restauration.

Coordonnées
Mairie d'Avanton
5, rue de la Poste
86170 Avanton
Tél. 05 49 51 63 46
Horaires de l'accueil
Les lundi, mardi, jeudi et vendredi : 8h30-12h / 13h30-17h30
18h30 le jeudi en période scolaire - Le mercredi : 8h30 à 12h